• telerama

    @telerama

    2 weeks ago
  • L' abus de smartphone rend-il idiot? par Akatre. Déficit d’attention, illusion de puissance… Le smartphone irait jusqu’à chambouler nos neurones « Pour qu’une chose soit intéressante, il suffit de la regarder longtemps », écrivait Flaubert. C’est qu’il n’avait jamais laissé filer les heures en scrutant l’écran d’un téléphone intelligent, à lever les yeux comme on se réveille d’un long coma. Selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte en 2016, les Français consultent leur smartphone en moyenne vingt-six fois par jour, le double pour les 18-24 ans ; 20 % s’en saisissent au saut du lit, et 41 % l’utilisent au milieu de la nuit. L’opérateur Bouygues Telecom, dans son observatoire des pratiques numériques des Français, assure même que nous serions prêts à sacrifier le sexe ou l’alcool avant de consentir à lâcher nos appareils, auxquels nous consacrons jusqu’à une journée par ­semaine. D’où cette question : le smartphone va-t-il avoir notre peau ? Le fond de l’air est technocritique, et à intervalles réguliers, une ribambelle d’exégèses plus ou moins sérieuses assurent qu’il détruirait nos liens sociaux, nuirait à notre perception du monde et nous rendrait crétins. Le doigt accusateur se tourne évidemment vers les constructeurs, Apple et Samsung en tête. Mais aussi vers cette myriade d’entreprises, grosses comme Facebook ou minuscules comme la start-up du coin, qui se sont ruées vers le secteur porteur de l’économie de l’attention, celle qui nous incite à ne jamais nous déconnecter — réseaux sociaux, notifications, alertes… — pour maximiser ses profits. À lire dans Télérama cette semiane et sur telerama.fr l'enquête d'Olivier Tesquet auprès de ceux, philosophe et médiologue, qui auscultent ce couteau suisse des temps modernes et le reportage en Californie d'Emmanuel Tellier auprès des repentis de la Silicon Valley. Pour aller plus loin: Pierre-Marc de Biasi, Le Troisième Cerveau. Petite phénoménologie du smartphone (CNRS éditions, 2018). Elena Pasquinelli, Mon cerveau, ce héros (éd. Le Pommier, 2015). ©Akatre pour Télérama @akatrestudio Design: @loranstosskopf Post Prod @processusphoto
    Télérama L' abus de smartphone rend-il idiot? par Akatre. Déficit d’attention, illusion de puissance… Le smartphone irait jusqu’à chambouler nos neurones « Pour qu’une chose soit intéressante, il suffit de la regarder longtemps », écrivait Flaubert. C’est qu’il n’avait jamais laissé filer les heures en scrutant l’écran d’un téléphone intelligent, à lever les yeux comme on se réveille d’un long coma. Selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte en 2016, les Français consultent leur smartphone en moyenne vingt-six fois par jour, le double pour les 18-24 ans ; 20 % s’en saisissent au saut du lit, et 41 % l’utilisent au milieu de la nuit. L’opérateur Bouygues Telecom, dans son observatoire des pratiques numériques des Français, assure même que nous serions prêts à sacrifier le sexe ou l’alcool avant de consentir à lâcher nos appareils, auxquels nous consacrons jusqu’à une journée par ­semaine. D’où cette question : le smartphone va-t-il avoir notre peau ? Le fond de l’air est technocritique, et à intervalles réguliers, une ribambelle d’exégèses plus ou moins sérieuses assurent qu’il détruirait nos liens sociaux, nuirait à notre perception du monde et nous rendrait crétins. Le doigt accusateur se tourne évidemment vers les constructeurs, Apple et Samsung en tête. Mais aussi vers cette myriade d’entreprises, grosses comme Facebook ou minuscules comme la start-up du coin, qui se sont ruées vers le secteur porteur de l’économie de l’attention, celle qui nous incite à ne jamais nous déconnecter — réseaux sociaux, notifications, alertes… — pour maximiser ses profits. À lire dans Télérama cette semiane et sur telerama.fr l'enquête d'Olivier Tesquet auprès de ceux, philosophe et médiologue, qui auscultent ce couteau suisse des temps modernes et le reportage en Californie d'Emmanuel Tellier auprès des repentis de la Silicon Valley. Pour aller plus loin: 
Pierre-Marc de Biasi, Le Troisième Cerveau. Petite phénoménologie du smartphone (CNRS éditions, 2018). Elena Pasquinelli, Mon cerveau, ce héros (éd. Le Pommier, 2015). ©Akatre pour Télérama @akatrestudio Design: @loranstosskopf Post Prod @processusphoto
    ,

    L' abus de smartphone rend-il idiot? par Akatre. Déficit d’attention, illusion de puissance… Le smartphone irait jusqu’à chambouler nos neurones « Pour qu’une chose soit intéressante, il suffit de la regarder longtemps », écrivait Flaubert. C’est qu’il n’avait jamais laissé filer les heures en scrutant l’écran d’un téléphone intelligent, à lever les yeux comme on se réveille d’un long coma. Selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte en 2016, les Français consultent leur smartphone en moyenne vingt-six fois par jour, le double pour les 18-24 ans ; 20 % s’en saisissent au saut du lit, et 41 % l’utilisent au milieu de la nuit. L’opérateur Bouygues Telecom, dans son observatoire des pratiques numériques des Français, assure même que nous serions prêts à sacrifier le sexe ou l’alcool avant de consentir à lâcher nos appareils, auxquels nous consacrons jusqu’à une journée par ­semaine. D’où cette question : le smartphone va-t-il avoir notre peau ? Le fond de l’air est technocritique, et à intervalles réguliers, une ribambelle d’exégèses plus ou moins sérieuses assurent qu’il détruirait nos liens sociaux, nuirait à notre perception du monde et nous rendrait crétins. Le doigt accusateur se tourne évidemment vers les constructeurs, Apple et Samsung en tête. Mais aussi vers cette myriade d’entreprises, grosses comme Facebook ou minuscules comme la start-up du coin, qui se sont ruées vers le secteur porteur de l’économie de l’attention, celle qui nous incite à ne jamais nous déconnecter — réseaux sociaux, notifications, alertes… — pour maximiser ses profits. À lire dans Télérama cette semiane et sur telerama.fr l'enquête d'Olivier Tesquet auprès de ceux, philosophe et médiologue, qui auscultent ce couteau suisse des temps modernes et le reportage en Californie d'Emmanuel Tellier auprès des repentis de la Silicon Valley. Pour aller plus loin:
    Pierre-Marc de Biasi, Le Troisième Cerveau. Petite phénoménologie du smartphone (CNRS éditions, 2018). Elena Pasquinelli, Mon cerveau, ce héros (éd. Le Pommier, 2015). ©Akatre pour Télérama @akatrestudio Design: @loranstosskopf Post Prod @processusphoto

  • 1,167 27
  • Save Image Other Pictures
ph4600 - Ph 2 weeks ago

C’est fait exprès la coquille pour tester notre attention ??🧐

magalimirault - Magmrlt 2 weeks ago

Reçu mon Télérama 'aujourd'hui et lu cet article très intéressant. Je n'ai jamais douté du contenu... Nous sommes tous drogués et c'est d'ailleurs ben parcourant mon fil d'instagram que je peux commenter ceci... En avoir conscience c'est déjà un début, savoir se couper 1 peu de nos drogues et surtout savoir se déconnecter surtout qd on est avec les autres c'est bien aussi

penelope_reve - Penelope_Reve 🌌 2 weeks ago

Je ne sais pas si l'usage du smartphone rend idiot mais il peut pousser à des pensées violentes chez les voisins de l'usager addict du smartphone. Notamment dans les voyages en train, entre le bip bip des notifications, les BPM sortis des écouteurs, les conversations ineptes avec ou sans Fa.cetime, et les déplacements entrées/sorties ralentis pour cause d'yeux rivés sur l'écran, l'envie de saccager violemment le dit appareil peut soudainement transformer le plus tolérant des voyageurs.