• telerama

    @telerama

    1 week ago
  • Louise Bourgoin par Vincent Ferrané. Notre invitée et notre couverture, est donc la mystérieuse Chloé ; cette brillante interne qui aimante la série Hippocrate, de Thomas Lilti, sur Canal+. Elle éblouit aujourd’hui par la luminosité silencieuse de son jeu cet Hippocrate superbement réussi. Dessinatrice et collectionneuse de peintures érotiques, l’ex-Miss Météo givrée de Canal+ enchaîne les rôles. Aujourd’hui Louise Bourgoin s’impose dans Hippocrate, la série événement de Thomas Lilti, qui nous plonge de manière haletante dans le quotidien tumultueux d’un hôpital. Elle y incarne Chloé Antovska, « une interne pudique, fonceuse, avec une autorité naturelle qui me ressemble assez, résume l’actrice. Elle se distingue de ce qu’on attend du féminin. A la lecture du scénario de Thomas Lilti, cela m’a saisie : j’ai eu l’impression d’avoir été espionnée, tellement le rôle me semblait sur mesure. Chloé n’est pas douce, est plutôt directe, presque cassante dans son perfectionnisme. Mais elle cache aussi une faille, une blessure d’amour qui suscite de l’empathie. C’est la force de cette série de préserver plusieurs strates. Un scénario de film, c’est cent pages ; là, c’était plus de quatre cents… ». Retrouvez dans Télérama et sur telerama.fr l'entretien de la comédienne mené par Jacques Morice. ©Vincent Ferrané pour Télérama. @vincentferrane @louisebourgoin_ @canalplus @thomasliti @creation_originale Design @loranstosskopf Style @alexandra.conti Make-up @pommeseiler Hair @cyril_auchereofficial Post prod @processusphoto capture @benoitsoualle Top @jilsander pantalon @josephfashion
    Télérama Louise Bourgoin par Vincent Ferrané. Notre invitée et notre couverture, est donc la mystérieuse Chloé ; cette brillante interne qui aimante la série Hippocrate, de Thomas Lilti, sur Canal+. Elle éblouit aujourd’hui par la luminosité silencieuse de son jeu cet Hippocrate superbement réussi. Dessinatrice et collectionneuse de peintures érotiques, l’ex-Miss Météo givrée de Canal+ enchaîne les rôles. Aujourd’hui Louise Bourgoin s’impose dans Hippocrate, la série événement de Thomas Lilti, qui nous plonge de manière haletante dans le quotidien tumultueux d’un hôpital. Elle y incarne Chloé Antovska, « une interne pudique, fonceuse, avec une autorité naturelle qui me ressemble assez, résume l’actrice. Elle se distingue de ce qu’on attend du féminin. A la lecture du scénario de Thomas Lilti, cela m’a saisie : j’ai eu l’impression d’avoir été espionnée, tellement le rôle me semblait sur mesure. Chloé n’est pas douce, est plutôt directe, presque cassante dans son perfectionnisme. Mais elle cache aussi une faille, une blessure d’amour qui suscite de l’empathie. C’est la force de cette série de préserver plusieurs strates. Un scénario de film, c’est cent pages ; là, c’était plus de quatre cents… ». Retrouvez dans Télérama et sur telerama.fr l'entretien de la comédienne mené par Jacques Morice. ©Vincent Ferrané pour Télérama. @vincentferrane @louisebourgoin_ @canalplus @thomasliti  @creation_originale Design @loranstosskopf Style @alexandra.conti Make-up @pommeseiler Hair @cyril_auchereofficial  Post prod @processusphoto capture @benoitsoualle Top @jilsander pantalon @josephfashion
    ,

    Louise Bourgoin par Vincent Ferrané. Notre invitée et notre couverture, est donc la mystérieuse Chloé ; cette brillante interne qui aimante la série Hippocrate, de Thomas Lilti, sur Canal+. Elle éblouit aujourd’hui par la luminosité silencieuse de son jeu cet Hippocrate superbement réussi. Dessinatrice et collectionneuse de peintures érotiques, l’ex-Miss Météo givrée de Canal+ enchaîne les rôles. Aujourd’hui Louise Bourgoin s’impose dans Hippocrate, la série événement de Thomas Lilti, qui nous plonge de manière haletante dans le quotidien tumultueux d’un hôpital. Elle y incarne Chloé Antovska, « une interne pudique, fonceuse, avec une autorité naturelle qui me ressemble assez, résume l’actrice. Elle se distingue de ce qu’on attend du féminin. A la lecture du scénario de Thomas Lilti, cela m’a saisie : j’ai eu l’impression d’avoir été espionnée, tellement le rôle me semblait sur mesure. Chloé n’est pas douce, est plutôt directe, presque cassante dans son perfectionnisme. Mais elle cache aussi une faille, une blessure d’amour qui suscite de l’empathie. C’est la force de cette série de préserver plusieurs strates. Un scénario de film, c’est cent pages ; là, c’était plus de quatre cents… ». Retrouvez dans Télérama et sur telerama.fr l'entretien de la comédienne mené par Jacques Morice. ©Vincent Ferrané pour Télérama. @vincentferrane @louisebourgoin_ @canalplus @thomasliti @creation_originale Design @loranstosskopf Style @alexandra.conti Make-up @pommeseiler Hair @cyril_auchereofficial Post prod @processusphoto capture @benoitsoualle Top @jilsander pantalon @josephfashion

  • 639 7
  • Save Image Other Pictures